Investissez dans votre atout le plus précieux : l’ingénieur

Gérer une équipe d’ingénieurs de maintenance et se tenir au fait des exigences du client peut être un rôle quelque peu difficile et éprouvant.  Comme dans toutes les industries, l’accent est plus souvent mis sur la croissance de l’entreprise en termes de rétention de clients existants et de nouveaux débouchés, ce qui signifie que les sujets tels que la formation du personnel arrivent bien souvent en bas de la liste des priorités.

La valeur de la formation ne devrait pas être sous-estimée. En tant que responsable de la maintenance, vous voulez sans doute être sûr que votre équipe d’ingénieurs maintient ses connaissances à jour concernant l’évolution des normes, le droit, les meilleures pratiques et la connaissance des produits.  Pour atteindre cet objectif, vous devez investir du temps et de l’argent dans votre atout le plus précieux : l’ingénieur (sécurité incendie).
Il existe plusieurs raisons pour lesquelles vous devriez vous assurez que la formation de vos ingénieurs n’est pas négligée ou oubliée.

Normes

Au Royaume-Uni, la norme BS5839 partie 1 a été mise à jour en 2013 avec un certain nombre d’amendements importants, notamment les changements dans la définition de la personne compétente (ingénieur en sécurité incendie). La « formation nécessaire » a été remplacée par la « formation pertinente et actuelle » en inférant que la formation est un engagement continu et qui ne se termine jamais, dans la même veine que le DPC (Développement professionnel continu).

DPC (Développement professionnel continu)

Les obligations du DPC sont communes à de nombreuses professions parallèles et désormais nous voyons un nombre croissant de formations certifiées de DPC disponibles à l’industrie de la sécurité incendie.  Il faut désormais que davantage de sociétés qui offrent des services en matière de conception, d’installation, de mise en service et d’entretien des systèmes incendie s’engagent dans le DPC, afin qu’elles puissent démontrer leur professionnalisme (qui est associé au DPC) à leurs clients.    Oui, cette idée donne à réflexion.  C’est une façon de prendre l’initiative et se démarquer de la concurrence.

Formation au produit

De nombreux fabricants (de produits incendie) offrent des formations qui sont généralement gratuites. Il s’agit d’une excellente façon (et rentable) de maintenir la connaissance des produits « actuelle et pertinente ».  Il est bon de vérifier les sites web des fabricants, pour voir quelle forme la formation peut prendre. Des formations régulières sont habituellement disponibles et parfois, si vous avez suffisamment d’ingénieurs à former, les formateurs des fabricants peuvent être disposés à venir à vous et assurer un stage de formation standard ou personnalisé à vos besoins, encore une fois le plus souvent gratuitement.  Dans certains cas, la formation est disponible en ligne dans un format qui peut être plus facile à adapter en fonction de vos horaires de travail chargés, limitant ainsi les perturbations des heures de travail.

Assister à des cours de formation sur des produits de fabricants signifie que vos ingénieurs de maintenance seront plus confiants dans leur travail avec les différents détecteurs, panneaux, sondeurs, balises de détresse et équipements d’essai qu’ils peuvent rencontrer au quotidien.  Ceci leur permettra de continuer à offrir le meilleur service possible à vos clients et aussi de démontrer la conformité en matière de normes.

Formation sur les normes

Bien que les formations aux produits des fabricants couvrent fréquemment les normes et parfois la législation et que certaines soient certifiées DPC (Développement professionnel continu), les formations accréditées sur les normes incendie (BS5839) et le droit – l’ordonnance de 2005 sur la réforme réglementaire en matière de sécurité incendie – doivent être obtenues auprès d’un prestataire de formation externe approuvé qui possède des formateurs qualifiés. La plupart des associations commerciales qui couvrent le domaine de la sécurité incendie ont une forme quelconque de formation accréditée traitant des normes et du droit concernant les tâches essentielles de la conception, l’installation, la mise en service et la maintenance d’un système de détection incendie.

Formation en santé et sécurité

La loi britannique de 1974 sur la santé et la sécurité au travail exige que l’employeur fournisse les renseignements, l’instruction, la formation et la supervision nécessaires pour s’assurer, autant que raisonnablement possible, de la santé et de la sécurité au travail de ses employés : vos ingénieurs de maintenance.  (De plus amples informations sont disponibles sur le site web du HSE - http://www.hse.gov.uk/pubns/indg345.pdf,)

Lorsque les ingénieurs en sécurité incendie doivent effectuer des travaux en hauteur : installation, mise en service ou maintien de systèmes incendie, cela constitue une opération qui implique des risques élevés. (La réglementation britannique de 2005 sur le travail en hauteur - http://www.hse.gov.uk/work-at-height/the-law.htm) La formation sur tout type d’équipement d’accès en hauteur est souvent négligée et cela comprend les perches d’accès en hauteur pour les équipements d’essai.  En tant qu’employeur, si vous n’êtes pas en conformité avec les exigences de la réglementation sur les travaux en hauteur de 2005, vous pourriez être exposé en cas d’accident.

Detectortesters (No Climb Products Ltd) offre une formation en ligne gratuite sur « l’utilisation sans danger des perches d’accès en hauteur Solo ».  Le cours, qui dure environ 30 à 40 minutes, nécessite que l’ingénieur s’inscrive et se connecte pour accéder au matériel de formation. À la fin, il y a une courte série de questions à choix multiples. Ceux qui réussissent se voient remettre un certificat.

Si vous préférez que l’on présente à votre personnel le matériel de formation de manière traditionnelle dans une salle de classe, il vous suffit de nous contacter pour en savoir plus.

Vérifie-t-il les capteurs multiples ? Oui. Est-ce la seule chose qu’il fasse ? Non.

Il existe un mythe associé au Testifire, selon lequel l’outil est conçu pour tester les détecteurs à capteurs multiples et qu’à moins de tester ces types de détecteurs, il n’a aucune utilité.

La vérité est très différente.  Oui, la capacité du Testifire à tester de manière fonctionnelle la fumée et la chaleur (modèle monoxyde de carbone disponible si nécessaire) en fait un dispositif idéal pour vérifier les détecteurs à capteurs multiples, d’autant plus qu’il peut effectuer ces essais séparément ou simultanément.  Toutefois, le fait qu’il puisse effectuer des essais de fumée, de chaleur ou de monoxyde de carbone indépendamment signifie qu’il est également adapté pour une utilisation sur les détecteurs à capteur unique.

Alors, qu’est-ce que cela signifie ?  En substance, si vous testez uniquement des détecteurs de fumée, le Testifire peut tout de même être l’outil dont vous avez besoin lorsqu’un site est équipé de détecteurs de chaleur ou de monoxyde de carbone. Vous serez bien paré !  Vous n’aurez pas besoin de changer les têtes, ce qui signifie moins de choses à transporter et des déplacements plus faciles et plus rapides.

Quoi d’autre ?  Le Testifire est doté d’un mode de « nettoyage », autrement dit la fumée est éliminée du détecteur une fois que l’essai est terminé.  Ceci répond au problème des alarmes récurrentes et, encore une fois, permet des déplacements plus rapides.

Il y a plus encore.  La façon dont le Testifire génère de la fumée le rend compatible avec un large éventail de détecteurs.  Pour en revenir à la vérification des détecteurs de chaleur, ce testeur possède aussi un réglage de température élevée qui lui permet de réaliser des essais de détecteurs allant jusqu’à 100 °C, chose impossible avec le testeur de chaleur sans fil Solo.

La bonne nouvelle. Vous n’êtes pas obligé de tester des détecteurs à capteurs multiples pour utiliser le Testifire.  Tous les avantages qu’il offre, y compris d’autres qui ne figurent pas ici, sont pertinents et accessibles à quiconque effectue des essais de détecteurs, qu’ils soient à capteur unique et/ou à capteurs multiples.

Vérification des détecteurs incendie à basses températures ambiantes

Vérification des détecteurs de fumée avec des bombes aérosol de fumée

Au cours des mois d’hiver les plus froids et lorsque vous portez votre bonnet et vos gants pour vous tenir chaud, il peut être utile d’envisager la possibilité que vos bombes aérosol de fumée puissent elles aussi avoir froid.

De basses températures impliquent que si les bombes sont laissées au froid sans protection, alors la chute de température peut avoir des répercussions sur leur efficacité. Les bombes aérosols de fumée ne produisent pas la taille requise de particules de fumée lorsqu’elles sont exposées à des températures inférieures à 10 °C (50 °F). C’est souvent le cas lorsque les bombes sont laissées à l’arrière d’une camionnette pendant la nuit ou dans un bâtiment non chauffé. Par conséquent, avant d’utiliser votre bombe aérosol, laissez-lui le temps de se réchauffer doucement.

Untitled1

ASTUCE : Si vous laissez votre bombe de fumée dans une voiture ou camionnette pendant la nuit, laissez-lui le temps de se réchauffer avant de l’utiliser ou essayez de la réchauffer en la mettant dans votre poche pendant au moins 30 minutes, ce qui lui permettra de revenir à la température ambiante.

Attention : Les bombes aérosols sous pression ne doivent pas être exposées à la lumière directe du soleil ou à des températures supérieures à 50 °C.

Il est intéressant de savoir que notre gamme de testeurs Testifire, laquelle utilise des capsules de fumée plutôt que des bombes aérosols sous pression, n’a aucun problème à produire de la fumée à basses températures.

Vérification des détecteurs de chaleur

Untitled2

Les faibles températures ambiantes peuvent également créer des obstacles lors de la vérification des détecteurs de chaleur.  Les testeurs de chaleur à batterie tels que le Solo 460 et la gamme Testifire doivent redoubler d’effort pour atteindre la température d’activation du détecteur.  Ce n’est généralement pas un problème pour les basses températures d’activation, mais cela peut poser des difficultés pour les détecteurs de chaleur à 90 et 100 °C (194 et 212 °F).

Astuce : Faire pivoter le Solo 460 ou le testeur Testifire autour du détecteur de chaleur peut aider certains modèles qui utilisent des thermistances doubles ou décalées.

Remarque : Le Solo 460 a un débit calorifique nominal maximum de 90 °C, tandis que le Testifire peut atteindre 100 °C

10/10 pour les vérifications !

L’Université de Southampton est semblable à de nombreuses universités, avec un certain nombre de grands bâtiments occupés par les étudiants et le personnel.  Les bâtiments comprennent des bibliothèques, amphithéâtres, salles de classe, bureaux, salles de sport et hébergements.  La diversité de ces bâtiments peut compliquer la vérification conforme de l’ensemble des détecteurs incendie.

L’un des bâtiments, le département des infrastructures, abrite une gaine d’ascenseur munie d’un détecteur ponctuel.  La vérification de ce détecteur exige non seulement la présence d’un ingénieur en sécurité incendie, mais également d’un technicien en ascenseur et d’un membre du personnel des installations de l’université.  En plus d’ajouter un coût supplémentaire à la vérification, ceci prend également énormément de temps et d’efforts à organiser.  Le jour de la réalisation des essais, la gaine d’ascenseur doit être mise hors service, entraînant l’interruption du fonctionnement du département et l’étiquetage de chaque bouton de l’ascenseur indiquant que celui-ci est hors d’usage.

Un autre bâtiment, le département de chimie, abrite un certain nombre d’amphithéâtres et de couloirs hauts de plafond.  Ils contiennent des systèmes de détection de fumée à aspiration (ASD) dissimulés qui s’étendent sur une zone sécurisée.  Les conduites reliant le panneau ASD au panneau incendie possèdent une porte de protection entre les deux, ce qui nécessite une fois de plus du travail, du temps et des coûts importants lors des essais.

La nature difficile d’accès de ces endroits a conduit l’entrepreneur responsable de la maintenance et de la sécurité incendie, Detect Fire & Security, à envisager Scorpion.

La justification de l’installation de Scorpion a vu la société de maintenance et le gestionnaire du bâtiment analyser les coûts d’installation par rapport aux coûts d’accès aux détecteurs par d’autres moyens.  Ils ont estimé les secteurs de dépenses tels que le matériel d’accès, le personnel supplémentaire ainsi que le temps nécessaire à l’organisation.  Il a été décidé d’utiliser Scorpion, dont l’installation a été récemment terminée, et les ingénieurs étaient surpris de voir à quel point celle-ci a été facile à effectuer.  Les futurs essais de détecteurs peuvent désormais être réalisés à partir du sol, essentiellement au même moment que tous les autres détecteurs et sans avoir recours à du personnel et à une organisation supplémentaires.

Pour plus d’informations sur Scorpion, contactez Dectortesters au 01707 282760.

  • 1
  • 2